présentation d’Associations

Associations qui s’intéressent à la vie des femmes et des

hommes dans la société actuelle et qui peuvent être des

partenaires de débat avec l’Eglise.

___________________________________________________

1. Femmes Protestantes en Suisse

http://www.efs.ch

Association qui existe depuis 1947 et compte aujourd’hui 40’000 membres. Pour des détails sur son activité, cliquer sur le site ci-dessus

2. L’AFERT (ESWTR), ASSOCIATION DE FEMMES EUROPEENNES POUR LA RECHERCHE THEOLOGIQUE

Site : www.eswtr.org

L’Association Européenne des Femmes pour la recherche théologique a vu le jour en 1985 à Boldern, Suisse. Dans ses statuts, l’Association se donne les buts principaux suivants : – créer et soutenir un réseau de femmes des pays de l’Europe de l’Est et de l’Ouest, engagées dans une recherche théologique; – soutenir le développement des études théologiques féministes.L’Association compte actuellement plus de 500 membres.

L’association a comme objectif de réunir des femmes engagées dans la recherche théologique de toute l’Europe, de l’est et l’ouest, du nord et du sud, et de leur permettre un échange fructueux.La section suisse de l’Association Européenne des Femmes pour la Recherche Théologique ESWTR réunit env. 50 femmes qui font de la recherche en théologie et en sciences des religions. Cette association favorise la communication entre les membres, dans le but d´ encourager des femmes dans leur recherches théologiques. Comme membre, en payant annuellement Fr. 70.-.on obtient l’Annuaire (voir ci-dessous la liste des thèmes abordés),
les circulaires européennes et un mot de passe pour « Who’s Who? ». Pour des informations actuelles nous offrons une liste de mailing.

Tous les deux ans une conférence européenne est organisée sur un thème d’actualité dans la théologie féministe. Entre ces conférences,les membres des différents pays se rencontrent au sein des réseaux nationaux ou régionaux.


13th International ESWTR-Conference, août 2009 in Winchester, UK,Wrestling with God’.


Liste des annuaires et thématiques déjà abordées lors des conférences :

pour la consulter

1 Luise Schottroff, Annette Esser (eds), Feministische Theologie im europäischen Kontext – Feminist Theology in a European Context – Théologie féministe dans un contexte européen, 1993, 255 p., ISBN: 90-390-0047-6, [out of print]

2 Mary Grey, Elizabeth Green (eds), Ecofeminism and Theology – Ökofeminismus und Theologie – Ecoféminisme et Théologie, 1994, 145 p., ISBN: 90-390-0204-5.

3 Angela Berlis, Julie Hopkins, Hedwig Meyer-Wilmes, Caroline Vander Stichele (eds), Women Churches: Networking and Reflection in the European Context –Frauenkirchen: Vernetzung und Reflexion im europäischen Kontext – Eglise des femmes: réseaux et réflexions dans le contexte européen, 1995, 215 p., ISBN: 90-390-0213-4.

4 Ulrike Wagener, Andrea Günter (eds), What does it Mean Today to Be a Feminist Theologian ? – Was bedeutet es heute, feministische Theologin zu sein? – Etre théologienne féministe aujourd’hui: Qu’est-ce que cela veut dire?, 1996, 192 p., ISBN: 90-390-0262-2.

5 Elisabeth Hartlieb, Charlotte Methuen (eds), Sources and Resources of Feminist Theologies – Quellen feministischer Theologien – Sources et resources des théologies féministes, 1997, 286 p.,ISBN: 90-390-0215-0

6 Hedwig Meyer-Wilmes, Lieve Troch, Riet Bons-Storm (eds), Feminist Perspectives in Pastoral Theology – Feministische Perspektiven in der Pastoraltheologie – Des perspectives féministes en théologie pastorale, 1998, 161 p.,ISBN: 90-429-0675-8.

7 Charlotte Methuen (ed.), Time – Utopia – Eschatology. Zeit – Utopie – Eschatologie. Temps – Utopie – Eschatologie, 177 p., ISBN: 90-429-0775-4.

8 Angela Berlis, Charlotte Methuen (eds.), Feminist Perspectives on History and Religion – Feministische Zugänge zu Geschichte und Religion – Approches féministes de l’histoire et de la religion, 2000, 318 p., ISBN: 90-429-0903-X, [out of print]

9 Susan K. Roll, Annette Esser, Brigitte Enzner-Probst, Charlotte Methuen, Angela Berlis (eds.), Women, Ritual and Liturgy – Ritual und Liturgie von Frauen – Femmes, la liturgie et le rituel. 2001, 312 p., ISBN: 90-429-1028-9

10 Charlotte Methuen, Angela Berlis (eds.), The End of Liberation? Liberation in the End! – Befreiung am Ende? Am Ende Befreiung! – La libération, est-elle à sa fin? Enfin la libération, 2002, 304 p., ISBN: 90-429-1028-9

11 Elzbieta Adamiak, Rebeka J. Anic, Kornélia Buday with Charlotte Methuen and Angela Berlis (eds), Theologische Frauenforschung in Mittel-Ost-Europa – Theological Women’s Studies in Central / Eastern Europe – Recherche théologique des femmes en Europe orientale et centrale, 2003, 270 p.,ISBN: 90-429-1378-9

12 Charlotte Methuen, Angela Berlis, Sabine Bieberstein, Anne-Claire Mulder, Magda Misset (eds), Holy Texts: Authority and Language – Heilige Texte: Autorität und Sprache – Textes Sacrés: Autorité et Langue, 2004, 315 p., ISBN: 90-429-1582-X.

13 Valeria Ferrari Schiefer, Adriana Valerio, Angela Berlis, Sabine Bieberstein (eds), Theological Wone’s Studies in Southern Europe – Theologische Frauenforschung in Südeuropa – Recherche théologique des femmes en Europe Méridionale, 2005, 259 p.,ISBN: 90-429-1696-6.

14 Sabine Bieberstein, Kornélia Buday, Ursula Rapp (eds), Building Bridges in a Multifaceted Europe – Brücken bauen in einem vielgestaltigen Europa – Construire des ponts dans une Europe multiforme, 2006

15. Hanna Stenström, Elina Vuola, Sabine Bieberstein, Ursula Rapp (eds), Critique scandinave de la théologie féministe anglo-américaine, 2007.

16. Sabine Biberstein, al.,Becoming Living Communities, 2008

17. Annette Esser et al., Feminist Approaches to Interreligious Dialogue, 2009


3. LIGUE INTERNATIONALE DES FEMMES POUR LA PAIX ET LA LIBERTE

Site : Women International League for Peace and Freedom (WILPF)

C’est en 1915, en pleine guerre mondiale, que 1.496 femmes, venues de 14 pays, se réunissent en Congrès à La Haye dans le but de mettre fin à la guerre. La présidente est Jane ADDAMS, Quaker américaine. Le Congrèsdécide de continuer son action en se constituant « Comité international de femmes pour une paix permanente ». C’est lors de son second congrès, en 1919, à Zurich, que le groupe prendra le nom définitif de « Ligue Internationale des Femmes pour la paix et la liberté » ou La Ligue compte actuellement 38 sections, sur tous les continents. Son siège social est à Genève. La ligue n’est pas une fédération de sections, mais un corps international ayant des sections dans différents pays.

La Ligue a des représentantes dans tous les organismes internationaux.C’est une ONG, ayant le statut consultatif auprès des Nations Unies (ECOSOC) auprès de l’UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture) de la Conférence des Nations Unies pour le Commerce et le Développement (CNUCED). Elle a établi des relations privilégiées avec le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (FISE/UNICEF), avec l’Office International de Travail (OIT), ainsi que l’Organisation des Nations Unies pour l’Agriculture (FAO).

Elle s’honore de trois prix Nobel de la Paix : Jane ADDAMS, Emily GREEN-BALCH, secrétaire internationale (en 1946), Alva MYRDAL, de la section suédoise (en 1988). La Ligue, indépendante, ne vit que des cotisations de ses membres.


4. ASSOCIATION ‘FEMMES FEMINISME RECHERCHE SUISSE’ ou FEMWISS

Site : http://www.femwiss.ch

L’association Femmes Féminisme Recherche Suisse est un acteur indépendant dans le domaine de l’égalité et de la politique de la science. De nombreuses femmes y ont adhéré, depuis sa fondation voici près de vingt ans, contribuant ainsi à modifier le paysage de la science et de la recherche en Suisse et à faire avancer le mouvement féministe et la politique de l’égalité.L’institutionnalisation des Etudes genre et des programmes de promotion des femmes se poursuit, mais doit toujours être repensée. Par son indépendance, l’association fournit un avis compétent et éminemment utile, pour permettre l’accès des carrières universitaires aux femmes et aux hommes issus de conditions différentes. Créer en Suisse un tel paysage de la recherche constitue une garantie de qualité et un potentiel d’innovation concurrentiel au niveau international, tout en représentant un enjeu social important. Plus largement, elle se présente comme un réseau et un forum de discussion critique pour les questions de recherche féministe et de recherche sur le genre.
Les actes du colloque – tenu à l’Université de Fribourg en 2008, consacré à la transmission des savoirs acquis par la recherche féministe et par les Etudes Genre – est téléchargeable sur ce site. Il réunissait quelques 120 chercheures, toutes disciplines confondues, ce qui est considérable pour la Suisse.


5. Le Conseil mondial YWCA des Unions Chrétiennes Féminines (Young Women’s Christian Association).

La ‘YWCA Mondiale’ est une organisation chrétienne féminine qui existe au niveau mondial depuis la fin du 19e s. et à laquelle les ‘Unions Chrltiennes Suisses’ sont rattachées. Elle a son siège à Genève et à travers ses diverses activités, elle compte 25 millions de femmes et de jeunes filles du monde entier.

Les ‘Unions Chrétiennes Suisses’ regroupent des associations locales s’occupant d’enfants et de jeunes dans une optique chrétienne. A travers leur oeuvre d’entraide ‘Horizon’, les UC Suisses soutiennent aussi des projets de développement pour les femmes et les jeunes appartenant au mouvement mondial.

La rencontre de l’été 2011 à Zürich, est organisée par la ‘YWCA Mondiale’ et un comité suisse appuyé par un groupe de 150 volontaires et porté par un ‘Comité de soutien’ formé de personnalités des Eglises et de la politique.

Pour de plus amples informations consultez le site:www.cevi2011.ch

(Informations tirées de la documentation fournie pour ‘ Women creating a safe world‘.