Histoire


Histoire du christianisme


Elisabeth Dufourcq, Histoire des chrétiennes, L’autre moitié de l’Evangile,

Bayard,Paris, 2009

A l’aide de documents disponibles, relatant faits et dates, l’auteure de ce livre, l’historienne Élisabeth Dufourcq, explore l’Histoire des chrétiennes en dressant une sorte d’inventaire de leur présence et de leurs engagements à chaque époque (principalement en Europe). Ce volume de 1262 pages, est ainsi d’abord un ouvrage de consultation pour qui veut se documenter sur l’un ou l’autre temps de l’Histoire. Il offre d’importantes références à partir desquelles approfondir un courant de pensée, une figure, la connaissance d’un contexte.

Paradoxalement réconfortant cet ouvrage ! Car, par la vision de grand angulaire qu’il pose sur le temps écoulé depuis les débuts du christianisme, il permet de prendre du recul, de dédramatiser les écueils actuels en regard de ceux qui ont déjà existé.

Courageux enfin, ce livre ! Car il permet de prendre conscience que de siècle en siècle, à chaque fois que la hiérarchie masculine se laissa dominer par les soucis du pouvoir, elle étouffa le génie et la voix des
chrétiennes, limita l’accès aux Écritures et fit de La Femme idéalisée un symbole. Par delà ces innombrables obstacles, le dialogue du Christ et des femmes s’est toujours poursuivi. Mais, comme dans d’autres
religions, la prise en mains du pouvoir par des hommes eut des conséquences en termes d’enfermement dans les cultures dominantes, de faux-semblants, de contre-sens sur la vie et l’amour, voire de luttes
entre clergés, frères et ennemis. À l’heure où la science contredit les préjugés millénaires sur la nature de la femme mais où les fondamentalismes se durcissent, Élisabeth Dufourcq montre que seule
la manière du Christ résiste à l’épreuve de l’histoire. La redécouverte de son universalité concerne les deux moitiés de l’humanité. (citations du dos du livre en italiques).

Élisabeth Dufourcq, docteur en science politique, ancien membre du comité national d’Éthique et ancien secrétaire d’État à la Recherche n’a cessé, depuis quarante ans, de décrypter l’histoire comparée des
femmes. Après plusieurs séjours à l’étranger, elle a publié, notamment, les femmes japonaises (Denoël) et les Aventurières de Dieu (JC Lattès) qui a reçu la médaille de vermeil de l’Académie française.

_______________________________________________________________

Avant la Réforme

__________________

1. Les mères du désert


Site : www.pagesorthodoxes.net/saints/meres-spirituelles/mères-du-desert

Un aperçu de la tradition anachorétique féminine depuis l’Antiquité jusqu’au Moyen-Âge occidental, Margot H. King-(extraits )

LES MÈRES DU DÉSERT DE L’ORIENT CHRÉTIEN.

Le choix de l’expression « Mères du désert » doit son origine à une tentative, quelque peu légère, de contrebalancer la vision courte, sans doute involontaire, d’historiens du monachisme, qui, semble-t-il, voyaient les déserts d’Égypte habités exclusivement par des hommes et donc, l’histoire du monachisme comme un phénomène presque exclusivement masculin. Si Paul de Thèbes (IVe siècle, 15 janvier) et Antoine le Grand (IVe siècle, 17 janvier) et leur successeurs égyptiens sont appelés patres, pourquoi ne pas appliquer le féminin équivalent matres à Sarra (Ve siècle, 13 juillet), Synclétique (IVe siècle, 13 janvier) et leurs successeurs ? J’ai découvert par la suite qu’ainsi que comme on appelait Antoine abba (père), ainsi on nommait Sarra amma (mère), qui, avec Synclétique, est une des seules femmes dont les sentences sont conservées parmi les apophtegmes des Pères …( à suivre sur le site mentionné ci-dessus).

LES MÈRES DU DÉSERT D’EUROPE OCCIDENTALE.

Puisque le temps ne permet pas d’examiner ici ces vies en détail, déplaçons notre attention vers le nord, afin de voir comment ce phénomène nouveau s’installa dans les contrées émergent de l’Europe… ( à suivre sur le site mentionné ci-dessus).

____________________________________________________________________________________________

2. D. Arnauld, Histoire du Christianisme en Afrique, Les sept premiers siècles, Paris, Karthala, 2001.

____________________________________________________________________________________________

3. Luisa Muraro, Le Dieu des femmes, tr. fr. Lessius,Bruxelles,2006. Un parcours très intéressant pour connaître la théologie très ouverte des Béguines du XIIe s., en Flandres. Pour lire la présentation de Michèle Bolli, clic:compte-rendu_muraro.doc

_______________________________________________________________________________

Depuis la Réforme

________________________

La décennie du COE de solidarité avec les femmes dans les églises. 10 ans de manifestations diverses

___________________________________________________________________________________________

*Irenae Backus, « Marie Dentière : un cas de féminisme théologique à l’époque de la Réforme ? », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, avril mai-juin,1991.

____________________________________________________________________________________________

*Isabelle Graesslé, ‘Vie et légendes de Marie Dentière’, Bulletin du CPEG, mars 2003, p. 1 ss

___________________________________________________________________________________________

*Doris Brodbeck (Hg), Dem schweigen entronnen, Religiöse Zeugnisse von Frauen des 16. Bis 19. Jahrhunderts, Religion & Kultur Verlag, Betzengraben 5, D., 2006, 1986 -> ? __________________________________________________________________________________________
*AFERT/ESWTR – Annuaire de l’’Association des femmes Européennes pour la Recherche en Théologie’.Voir page de présentation d’association sur ce site

.__________________________________________________________________________________________

*Anne-Marie Käppeli, Sublime croisade, Ethique et politique du féminisme protestant, 1875-1928,Zoé,1990